A peine un an après son premier album solo, c’est avec grâce et sincérité que Maarten Devoldere propose un disque tout aussi prometteur que le précédent. Désireux de s’explorer et expérimenter un univers musical différent du groupe avec lequel il évolue d’habitude, Balthazar, le Belge s’est à nouveau entouré de Sylvie Kreusch, chanteuse du groupe Soldier’s Heart à la voix suave et profonde.

Et ça sonne … Terriblement bien ! Le fond musical, en retrait par rapport au chant, est rythmé sobrement par une batterie très légère et différentes percussions. Celles-ci donnent un air oriental aux morceaux, impression renforcée par certains instruments qu’il est rare d’entendre chez nous, sur la chanson Well Well par exemple. La ligne vocale est systématiquement doublée lors des refrains, d’ailleurs très accrocheurs, et le contraste qui ressort du mélange des voix permet une bonne cassure avec les couplets.

Contrairement à la plupart des chanteurs actuels, Devoldere ne cherche jamais la performance ou la beauté telle qu’elle est standardisée de nos jours. Son timbre exprime le meilleur de son potentiel dans les fréquences très basses, qu’il atteint aisément, sans forcer. Beaucoup de parties sont d’ailleurs plus parlées que véritablement chantées, rendant ainsi l’ambiance plus intimiste.

On sent tout au long de l’album le travail introspectif qui a été réalisé et la volonté de se dévoiler à l’auditeur qui en résulte. Pas de fioriture, les structures sont simples. On peut comparer le Flamand, dans une certaine mesure, à Leonard Cohen et Nick Cave, notamment pour la voix et la sincérité avec laquelle les chansons sont abordées.

Un artiste qui ne demande qu’à être découvert, et dont la musique planante et dépaysante saura vous transporter.

Warhaus, le site officiel
Warhaus sur YouTube
Warhaus sur Twitter

Warhaus sur Instagram

Crédits Photo : warhausmusic.com
Date de sortie : 13 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*